Multiples usages de la rose

La rose fleurit de mi-avril aux premières gelées : et parfois en hiver du fait de bizarrerie climatiques.

Presque tout est bon dans la Rose…

Parfum

La rose exhale des parfums enivrants (pour les insectes…), que l’homme a cherché à capter depuis des millénaires.  Les romains parfumaient leurs thermes d’essence de Rosa Gallica.

Son parfum provient bien sûr de ses pétales (Rosa Gallica, Rosa Damanesca, Rosa centifolia), mais aussi de ses étamines (Rosa moschata) ou même ses feuilles. D’où un large éventail de senteurs : litchi, pomme, mûre, jasmin, myrrhe, musc…qui évoluent au cours d’une même journée. L’idéal est de sentir la fleur, au petit matin, avant les fortes chaleurs.

Si leurs techniques ont évoluées avec le temps, ce sont les deux mêmes variétés de fleurs anciennes qu’utilisent encore les parfumeurs d’aujourd’hui:

  • ‘Rosa centifolia’ aux multiples pétales, cultivée pour l’huile essentielle et pour sa concrète (extraction au solvant)
  • Rose de Damas dont la distillation permet d’obtenir une huile essentielle apportant éclat et fraicheur, et dont l’extraction donne un absolu, nectar aux notes voluptueuses.

Au moyen-âge, la Rose de Provins qui conserve son parfum même séchée, était également utilisée pour fabriquer l’essence de rose.

Cuisine

Pétales, boutons, fruits, tous s’accommodent en cuisine !

Pour cuisiner soi-même et profiter pleinement de ses possibilités, s’assurer avant tout de l’origine non traitée de la plante. Si non : s’en remettre aux seuls ingrédients proposés en grandes surfaces.

Les arômes et les saveurs seront différents selon la variété utilisée : balsamiques, floraux, fruités etc. Le mieux c’est de tester…

Pétales :

On peut s’en procurer séchés, dans le commerce. On peut aussi utiliser des pétales frais, nettoyés après en avoir coupé la base amère.

Ils agrémentent les salades, parfument les boissons, le vinaigre, décorent les desserts.

On les marie également avec du beurre, qu’on laisse reposer une journée avant de déguster.

En version sucrée, ils sont souvent préparés en confiture (une des spécialités de Provins avec le miel et les bonbons à la rose).

L’eau de rose est un ingrédient incontournable des desserts du Moyen Orient (loukoum …)

Fruits

Ils sont délicieux. Il faut attendre l’automne, pour voir apparaître les petites perles ovales, rouges ou orangées : les “cynorrhodons” se mangent crus pour faire le plein de vitamine C. Attention à ne manger que la peau : les graines à l’intérieur sont du poil à gratter !

En confiture, ils sont excellents.

Médicinales

L’usage historique de la rose était surtout médicinal :

Au Moyen Âge, les sirop, sucre, miel, décoction à la rose, étaient utilisés pour soigner les maux de tête et d’estomac. L’eau de rose s’utilisait en onguent pour la peau et en collyre.

Dans la pharmacopée chinoise, les boutons de rose sont préconisés depuis des millénaires comme remède  pour le foie, ou améliorer la circulation du sang.

Les Indiens du Canada utilisaient autrefois les racines comme pommade pour les yeux.

 Cosmétiques

L’eau de rose est connue pour son pouvoir adoucissant, ses bienfaits pour la peau (actions anti-âge, tonifiante ou astringentes).

L’huile essentielle serait  un régénérateur tissulaire et cellulaire d’exception.